Orphée et Eurydice

Un opéra de Christoph Willibald Gluck

Un projet d’Ulysse Di Gregorio dont la première représentation est prévue à partir du 21 avril 2017 à 20h30 au Théâtre de l’Ouest de la Plaine de France à Saint-Brice-sous-Forêt (95)

NOTE D’INTENTION DU METTEUR EN SCENE

 

«Lasciate ogni sperenza ,Voi qu’entrate » … Abandonnez tout espoir, vous qui entrez.

Telle est l’inscription que Dante place à l’entrée des Enfers de sa Divine Comédie.
A cette terrible sentence, j’ai toujours préféré le célèbre mythe d’Orphée qui, par le pouvoir de l’Amour et du Chant, a non seulement pénétré aux Enfers mais en a ramené sa jeune épouse prématurément ravie à son affection.

Cet exploit a inspiré nombre d’artistes – dont de nombreux musiciens dès l’aube de l’opéra que l’on pense à l’Orfeo de Peri et à celui si célèbre de Monteverdi -, mais l’Orphée et Eurydice de Gluck aux lignes préclassiques a toujours eu ma préférence, ne serait-ce que pour avoir répondu deux siècles par avance au fameux dilemme de l’Opéra – que Richard Strauss évoque non sans humour dans son Capriccio « prima le parole, dopo la musica, o, prima la musica, dopo le parole ? » les paroles en premier puis la musique ou la musique en premier puis les paroles ? – par sa « Réforme » de l’opéra face aux excès de son temps en revenant à une pureté et une sobriété que j’ai toujours recherchées dans mon travail.

C’est donc tout naturellement que pour ma première incursion dans la mise en scène d’opéra j’ai choisi cette œuvre emblématique après avoir monté l’an passé, comme une « esquisse » musicale, la Cantate à trois voix de Claudel. Le « Lyrique » est un certes un monde nouveau pour moi mais pas une terra incognita ; j’ai toujours demandé à mes acteurs de faire ressortir la musicalité des mots et travaillé les textes comme une partition, cette fois-ci s’ajoutent (enfin !) les notes, et je fais se marier les voix humaines au son des instruments.

Je suis intimement convaincu que ce mythe antique qui transcende tous les temps sublimé par cette musique du XVIIIème siècle touchent encore le cœur de l’homme actuel, jeune ou moins jeune, et mon objectif a été d’en faire ressortir toute l’actualité : la perte de l’être aimé, l’espoir fou de le retrouver et de reprendre le fil interrompu par un des multiples accidents de la vie qui peuvent toucher chacun d’entre nous. C’est ce chant d’amour et d’espérance que je veux partager avec le public, pour le séduire – du latin seducere, mener à part, séparer – et du trivial le conduire vers la Beauté.

Orphee Eurydice Ulysse Di Gregorio

Téléchargez le dossier de presse d’Orphée et Eurydice, un opéra de Christoph-Willibald GLUCK, par Ulysse Di Gregorio

orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (10)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (9)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (6)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (5)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (8)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (4)
orphee-eurydice-ulysse-di-gregorio (2)

 

Orphée ( tenor)………………………………..Benjamin Woh

Eurydice (soprano)…………………………..Analia Téléga

Amour (soprano)……………………………..Amélie Tatti

CRITIQUES

« Sous le signe de la passion – Il ne pouvait en être autrement avec le jeune metteur en scène Ulysse DI GREGORIO – Orphée et Eurydice, ont touché à vif le cœur du public rassemblé au Théâtre Sylvia Montfort de ST BRICE SOUS FORET »

Suite de la critique sur theatreauvent.blog.lemonde.fr